Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1

CHRONIQUE RADIO
Peut-on interdire le port de la jupe longue au nom de la laïcité?

Crédit : Fateh Kimouche et Noredine Allam, Auteurs de la BD Muslimshow

A l’occasion Mission Laïcité, émission cherchant à définir les enjeux du principe laïc de notre société, Céline et Yentl vont vous présenter la question du port de la jupe longue. Laissons leur la parole.
Les récits de cas d’expulsions de jeunes filles en raison d’une jupe jugée «trop longue» sont récurrents et ont attiré l’attention sur la question de la jupe et la laïcité à l’école. En effet, en 2004 est votée la loi sur la laïcité interdisant «le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse» Aujourd’hui nous en venons à nous demander si la jupe peut être considérée comme un signe d’appartenance religieuse et une atteinte à la laïcité. Peut-on donc interdire le port de la jupe longue au nom de la laïcité ?

Mais quelles sont ces affaires apparues au sein de ces établissements scolaires depuis la loi de 2004?

Les premières cas connus d’affaires de « jupes trop longues » remontent à 2011 déjà mais le sujet ne cesse de gagner en ampleur et en polémique. Des jeunes filles s’étaient plaintes d’avoir été menacées d’exclusion, notamment au lycée de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Le motif était le port de jupes et de robes trop longues et souvent noires. Quelques années plus tard, en 2014, environ 130 cas similaires auraient été recensés par le CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France). Même ci ce chiffre reste discutable, il est vrai que de nombreux cas de « jeunes filles harcelées, voire sanctionnées par rapport à leur tenue », comme l’affirme la CCIF, ont été reportés.
Mais le cas le plus connu est peut-être celui de Sarah. Cette jeune fille de quinze ans, en classe de troisième à Cherleville-Mézières, a été renvoyée deux fois, le 16 et 25 avril 2015, de son collège pour le port d’une jupe longue considérée par la principale du collège comme « un signe ostentatoire d’appartenance religieuse.
Mais il y a aussi d’autres cas, comme par exemple celle d’une jeune fille, connue comme K, ou Fannie, (16 ans) convertie à l’islam depuis peu, exclue de son lycée en raison d’une jupe trop longue perçue comme un signe religieux, en mai 2016. Enfin, la porte parole du CCIF prend l’exemple d’une jeune fille obligée de passer tous les matins dans le bureau de la CPE pour un «contrôle de conformité de la tenue »

Quelles sont donc les motivations des filles ?

Tout d’abord, une jupe longue est un vêtement comme un autre, cela peut très bien avoir aucun rapport à la religion. Sarah, la jeune fille interdite en cours à cause de sa longue jupe noire, affirme d’ailleurs : «Cette jupe n’avait vraiment rien de particulier.» Ainsi, l’on peut très bien mettre une jupe longue sans qu’il n’y a aucune motivation à caractère prosélyte

Toutefois, les motivations peuvent également être à la limite de l’ostentatoire si la jupe est portée en vu de provoquer l’établissement. Le voile, étant interdit à l’école, ne peut pas être un signe permettant de distinguer une appartenance religieuse au sein de l’établissement. D’où la possibilité que les jupes longues noires ont remplacé le voile, qu’elles sont le nouveau signe d’appartenance religieuse. Et que les jeunes filles les portent comme une provocation face aux limites des règles communes de la laïcité. Les cas des jeunes filles exclues ont été perçus comme une atteinte à la laïcité par les directions des lycées et collèges.

Donc peut-on interdire le port de la jupe ?

Tout d’abord, la loi du 15 mars 2004 sur la laïcité à l’école dit :
« Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.» Sont retenus ; « le voile islamique, la kippa et une croix de dimension manifestante »
Malgré que la jupe ne soit pas comprise dans cette liste, elle peut être utilisée comme un signe par lequel les « élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse », ce qui motive son interdiction à l’école.
En outre la loi précise qu’elle « est rédigée de manière à pouvoir (…) répondre à l’apparition de nouveaux signes, voire à d’éventuelles tentatives de contournement de la loi »
Des jeunes filles musulmanes revendiquent leur conviction religieuse par ce vêtement, qui est de ce fait vite associée à un acte de prosélytisme. La jupe est parfois considérée comme « le nouveau voile » Dès lors elle n’est plus neutre de connotations religieuses et il paraît juste de l’interdire. Cette interdiction connaît donc des motivations car elle rétabli plus de neutralité et d’égalité entre les élèves.
Ainsi, la loi sur la laïcité l’interdiction présente des avantages.

Mais, malgré les motivations à l’interdiction, ne serait ce pas une atteinte à la liberté personnelle ?
Il semble en effet important d’établir quelques limites aux interdictions. Et de se demander si l’interdiction est vraiment la solution, si ce ne serait pas une lecture abusive de la loi de 2004. Effectivement, le professeur Jean Baubérot, spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité, nous rappelle que «la liberté doit rester la règle et l’interdiction l’exception», et qu’il ne faut pas rentrer dans le « jeu stupide du chat et de la souris, où tout peut devenir signe religieux ou être considéré comme tel.» Nous pouvons donc nous poser la question de l’efficacité ; serait-ce vraiment efficace d’interdire jupe longue? Nous avons vu que le voile interdit, certaines jeunes filles ont déplacé le caractère religieux dans le port d’une longue jupe noire. Si l’on interdisait la jupe longue à l’école, elles trouveront encore autre chose qui peut se transformer en signe ostentatoire, si telle est réellement leur motivation.
De plus, si « la liberté doit rester la règle et l’interdiction l’exception », il ne semble pas cohérent d’interdire le port de jupes longues car c’est une atteinte à l’identité personnelle, à la liberté d’expression. En effet une jupe peut être porté par goût personnel, sans aucun lien religieux. Mais si la jupe n’est interdite que dans certains cas exceptionnels, pour conserver plus de liberté, alors quelles sont les critères ? La longueur de la jupe ? Mais les jupes trop courtes ne sont non plus acceptées à l’école. La jeune fille qui porte la jupe ? Sa conviction religieuse ? Mais cela ne relève-t-il pas de la discrimination ? La tenue des élèves est-t-elle jugée avec justice et égalité selon les individus ? Il est effectivement extrêmement compliqué de savoir où trancher l’exception de la « jupe religieuse » sans compromettre la liberté et l’égalité des élèves. En outre, l’interdiction mal comprise invite bien souvent à la provocation et à la insoumission, ayant donc l’effet contraire que souhaité. Enfin, en interdisant la jupe longue, comme lors de l’interdiction du voile, de nombreuses familles auront recours à l’enseignement privé.
L’interdiction ne sera donc pas uniquement une bonne chose et nous pouvons le voir comme une lecture abusive de la loi sur la laïcité à l’école.

Quelles solutions ont alors été adoptés ?
Aux premiers jours de mai 2015, la ministre de l’Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, rappelle que « Aucun élève ne peut être exclu en raison de la longueur ou de la couleur de sa jupe » Cependant ses paroles évoluent face à la prise d’ampleur de la question. La ministre a alors soutenu la direction de l’établissement de Sarah, affirmant que «l’équipe pédagogique a fait preuve de discernement pour juger du caractère prosélyte, ou pas, non pas de la tenue mais de l’attitude de l’élève » Il paraît en effet plus juste de juger la façon de porter une tenue que la tenue elle-même. «En l’occurrence, il a été jugé qu’il y avait du prosélytisme de la part de l’élève», insiste la ministre. Elle ajoute également que Sarah n’a pas été exclue mais qu’un dialogue à été ouvert avec l’élève et sa famille, faisant référence à la loi de 2004. La décision du Conseil de l’Éducation, suite aux paroles de la ministre, est que c’est maintenant aux établissements de décider de leur attitude laïque face à la jupe longue, de laisser libres d’en juger, et de solutionner le problème cas par cas, plutôt que d’interdire le port de la jupe dans tous les écoles publics.
La ministre n’interdit pas le port de la jupe, mais elle n’interdit non plus le fait d’interdire la jupe si l’établissement remarque un caractère religieux ostentatoire attaché à cette tenue. Pour ce, ils doivent faire preuve du discernement nécessaire pour juger de l’attitude prosélyte des élèves. Cela n’est pas simple, nous l’avons vu, et c’est pourquoi certains lycées interdiront peut-être la jupe longue à tous les élèves, mais cela reste une décision par établissement et non une règle nationale.

Comment souhaitez-vous conclure cette émission ?

Pour conclure, nous rappelons donc que des cas de jupes jugées trop longues ont posé la question de la laïcité face au port des jupes longues à l’école, ce qui est, en effet, parfois perçu comme une atteinte à la laïcité. Nous avons présenté les motivations et les limites de cette interdiction. Enfin, nous nous sommes intéressés aux solutions proposés par la ministre de l’Éducation, à savoir qu’il est maintenant aux établissements mêmes de faire preuve de discernement pour juger du caractère religieux ostentatoire de la jupe longue. Espérons de ne pas rentrer trop dans la logique du chat et de la souris car nous ne sommes pas sûres de posséder des sous-vêtements laïcs pour quand chaque tenue sera interdite…!

Bibliographie :
Articles utilisés comme ressources :
• -Article Le Monde , 2016
BATTAGLIA Mattea ; 12 /05 /2016 (page consulté le 12.05.2016 ) ; Le Monde. (en ligne et disponible format papier)
Adresse URL disponible sur : http://www.lemonde.fr/education/article/2016/05/12/refusee-au-lycee-pour-une-jupe-trop-longue-y-a-t-il-eu-discrimination_4918360_1473685.html#hFJmgejZ8XAmEhzw.99

• -Article Le Monde, 2015
CHAMBRAUD Cécile, GRAVELEAU Séverin, FLOC’H Benoît ; 29/04/2015 (consulté le 30/04/2015) ; Le Monde . (en ligne et disponible en format papier)
Adresse URL disponible sur : http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2015/04/29/crispation-a-l-ecole-sur-les-jupes-longues_4624882_3224.html

• -Article Mariane, 2016
SOIDRI Abdallah ; 06/05/2016 ; Mariane ; (en ligne)
Adresse URL disponible sur : https://www.marianne.net/societe/laicite-lecole-la-jupe-longue-va-t-elle-devenir-le-nouveau-voile

• -Article Mediapart, 2015 (note de lecture)
BAUBEROT Jean, 29/4/2015, Médiapart (en ligne)
Adresse URL disponible sur: http://penseedudiscours.hypotheses.org/13692

• – Article La pensée du discours, 2015 (note de lecture)
PAVEAU Marie-Anne ; 04/5/2015 (consulté le 29/5/2015) ; La pensée du discours ; (en ligne)
Adresse URL disponible sur : http://penseedudiscours.hypotheses.org/13692

Source image : https://www.al-kanz.org/2013/04/07/islamophobie-lycee/

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here