Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Aujourd’hui nous avons eu le plaisir d’écouter, Léna.G, une élève de terminale qui nous a présenté sa chronique sur la représentation du génocide dans le cinéma et la littérature. Dans cette chronique, Léna va revenir sur la place que le génocide occupe au sein de ses arts et va répondre à la question suivante : « Comment la littérature et le cinéma sont-ils des moyens d’entretenir la mémoire des génocides ? ». Justine était l’animatrice de l’émission et assurait la fluidité de celle-ci. Axel commença l’émission en présentant les titres de l’actualité. Par la suite,Léna.D commenta plusieurs articles pertinents qu’elle avait recueillis sur cette thématique. Quant à Indira, elle nous a proposé un billet sur ce sujet de manière à faire une ouverture culturelle. Deux interludes musicaux ont été suggérés par Lily pour dynamiser l’émission. Cette émission a été gérée par Angie qui s’assurait du bon fonctionnement de l’audio et du streaming.

Le cours : ubiqwity.com

 

Émission numéro 9

Titre de l’actualité (Axel)


Revue de presse (Léna.D)

Affiche du film La Voix d’Aida  réalisé par Jasmila Žbanić
LA VOIX D’AIDA Bande Annonce VOST proposé par CinéSéries – Trailers FR

Bibliographie :


Premier interlude musical (Lily)

Rap engagé dénonçant le génocide des peuples aborigènes au Canada composé par Samian

Chronique (Léna G)

Nuit et brouillard Extrait vidéo VF proposé par la chaine Le Manuel
SHOAH Bande Annonce du film proposé par la chaîne Bandes Annonces Cinéma
Le Criminel (1946) Orson Welles sous-titré proposé par la chaîne Cult Cinema Classics
La Liste de Schindler film complet en version originale
Kapo de l’Italien Pontecorvo (1960) sous-titré

Second interlude musical (Lily)

 Bande son du film « La vie est belle » de 1998 réalisé par Roberto Benigni

Billet (Indira)

Synopsis:
Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son «  petit pays  », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmené par l’Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Bibliographie :

  • FAYE Gaël, Petit Pays, Grasset, 2016, Le livre de poche
Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here